Un matin de Septembre avec toi…

"L'automne est un deuxième printemps où chaque feuille est une fleur"

Au berceau de tes mains si fines et envoûtante, je me suis assoupie. Tu m’as bien serrée tout contre toi, et la symphonie des battements de ton cœur si bien synchronisée, m’a emportée bien loin. J’ai ressentis un bien être intérieur, et une détente hors pair; comme si je méditais sur un nuage en coton suspendu entre ciel et terre. Je n’avais aucune crainte, aucune peur, tu étais à mes cotés et c’était tout ce qui m’importait. En fermant mes yeux et en partant, j’ai commandé le film de mes rêves, je voulais continuer à te voir encore et encore tellement tu me manquais …
Ma tête posée sur ton épaule, mes yeux se fermaient petit à petit, tes doigts caressaient mes cheveux, sans me rendre compte, je me suis plongée dans un sommeil naturel… C’est presque la fin de l’été, la feuille de l’automne emportée par le vent, et nous, nous marchions le long d’une énorme forêt de sapin… le parfum de la terre humide, mixé à l’odeur des bourgeons de pins qui s’apprêtaient à la cueillette, nous frôlait les narines. On avançait doucement main dans la main, profitant du festival des couleurs des feuilles, qui maîtrisaient si bien la valse à trois temps en descendant des branches d’arbres; qui gardaient le tempo tout au long de leur parcours, venant de si hauts pour atterrir avec la précision; d’une danseuse professionnelle de ballet sur le sol embrumé… A perte de vue, s’étalaient des tapis aux couleurs chatoyante. “L’automne est un deuxième printemps où chaque feuille est une fleur” comme disait Albert Camus, et nous on pouvait très bien le confirmer. En valsant les feuilles crépitaient et se posaient l’une à côté de l’autre, on voyait du rouge vif, de l’oranger brillant collé à un jeune doré qui marquait l’effet du soleil brûlant durant tout l’été, c’était juste magnifique… Un petit peu plus tard, le ciel aussi voulait nous faire part de sa joie de nous voir, il a donc appelé tous les nuages à se regrouper, ainsi qu’un petit vent tout doux qui nous incitait à s’accoler ? et plus qu’un geste de baguette magique, la pluie était là si fine formant une voile mince et raide transparente d’organza qui nous entourait, et qui faisait des flaques d’eau circulaires sous nos pieds …. D’un geste tendre tu m’as embrassée sur le front, tenu ma main, tu m’as chuchotée à l’oreille “bien dormi? “….
                                                                                                                                                    Reemy

Leave a Reply